Quelle est la définition du plan comptable et comment le lire ?

|

Le plan comptable général (PCG) est à la fois une liste des comptes disponibles en France pour la comptabilité et un ensemble de normes comptables. Le PCG est actualisé régulièrement en fonction de l’actualité. Que contient un plan comptable ? Qui l’utilise et comment bien l’utiliser ? Nous vous expliquons tout sur le Plan comptable général 2021

Le plan comptable général, un outil comptable bien utile 

Depuis près de 80 ans, le plan comptable régit la comptabilité des entreprises françaises ! TPE, PME, grandes entreprises ou micro-entreprise, chacune doit connaître les mécanismes de la comptabilité française pour assurer une gestion efficace, celle qui mène au succès et à la croissance. 

Le plan comptable français en quelques mots

Le premier plan comptable général est créé en 1943 en pleine guerre mondiale, par le régime de Vichy. Il sert alors à instaurer une économie dirigée dans un moment de pénurie. Il est conservé après la fin de la guerre et devient un outil majeur de la reconstruction et de la planification économique. Souvent révisé et modifié, sa dernière version date de l’arrêté 2014-03 modifié en 2019. 

Le plan comptable général :

  • rappelle les objets et les principes généraux de comptabilité des entreprises
  • présente les règles de comptabilisation, d’évaluation et de tenue de comptes.  
  • fournit la liste complète des comptes
  • décrit les documents de synthèse et les comptes annuels. 

En annexe, on trouve des règles particulières, des avis du Conseil national de la comptabilité (CNC) et du Comité d’urgence, qui est chargé d’interpréter ou d’appliquer les normes comptables nécessitant un avis urgent. 

Qui doit utiliser le plan comptable français ? 

Chaque entreprise française doit utiliser le plan pour sa comptabilité

En fonction des secteurs d’activité, certaines entreprises doivent se référer à d’autres éléments spécifiques. Par exemple, les banques utilisent le PCG et un autre règlement spécifique aux entreprises bancaires. C’est la même chose pour les entreprises du secteur de l’assurance ou les personnes morales de droit privé à but non-lucratif (associations et fondations). Certains professionnels, comme les notaires ou les huissiers de justice, sont également soumis à des règles comptables propres.

Les entreprises ont l’obligation de tenir une comptabilité d’engagement ou d’encaissement / décaissement, selon leur régime fiscal. Le Code de commerce impose de tenir une comptabilité sur un grand livre et des journaux comptables. L’article L 123-12 impose par exemple à tout commerçant de “procéder à l’enregistrement comptable des mouvements affectant le patrimoine de son entreprise. Ces mouvements sont enregistrés chronologiquement.[…] Elle doit établir des comptes annuels à la clôture de l’exercice au vu des enregistrements comptables et de l’inventaire. Ces comptes annuels comprennent le bilan, le compte de résultat et une annexe, qui forment un tout indissociable.”

Or, le grand livre reprend chaque opération de l’entreprise de manière chronologique et les journaux comptables permettent de regrouper les opérations en fonction de leur nature : journal des achats, journal des banques, journal des immobilisations, etc. 

Par conséquent, pour satisfaire à leurs obligations comptables, la plupart des entreprises ont intérêt à suivre les grandes lignes du plan comptable général. 

Liste des comptes du plan comptable 

Le plan comptable fixe les 8 classes de comptes. Les classes 1 à 5 déterminent le bilan d’une entreprise, les classes 6 et 7 déterminent le compte de résultat, la classe 8 (annexe pour les comptes spéciaux).  

Toute entreprise est tenue de respecter ces classes de comptes. Toutefois, il existe une marge de liberté au sein des classes. Une entreprise peut créer un sous-compte ou à l’inverse regrouper des sous-comptes trop détaillés par rapport à son activité. 

Les numéros de comptes respectent une hiérarchie : un compte sur 3 chiffres terminé par un 0 est un compte de regroupement. Par exemple, le compte 410 est le compte “clients et comptes attachés”. Il se subdivise en compte 411 clients, lui-même divisé en : 

  • 4111 Clients – Vente de biens ou de prestations de services, 
  • 4117 Clients – Retenues de garantie. 

Il sera ici possible de créer un compte 411111, 411112, 411113 pour chacun des clients réguliers de l’entreprise si besoin. En revanche, le compte 411110 doit rester un compte de regroupement.  

Les classes du plan comptable en détail

plan comptable

3 présentations cohabitent pour le plan comptable général : 

  • Le modèle ci-dessus est le système abrégé avec des comptes à 2 chiffres. Il permet d’avoir une vision d’ensemble des comptes de toute entreprise. 
  • Un système de base comporte les comptes à 3 chiffres. 
  • Un système développé comprend les comptes à 3 chiffres et plus. C’est celui que les logiciels de comptabilité pour TPE et PME intègrent en général.  

Voici le détail des comptes : 

  • Les comptes de classe 1 pour les capitaux de l’entreprise, parmi lesquels figurent les capitaux propres, les emprunts, les autres fonds propres, les provisions pour risques et charges, les dettes rattachées à des participations et les comptes de liaison. 
  • Les comptes de classe 2 pour les immobilisations comportent les immobilisations corporelles, incorporelles et financières ainsi que les amortissements et les dépréciations, les immobilisations mises en concession ou en cours. 
  • Les comptes de classe 3 pour les stocks et encours contiennent les stocks de matières premières, les stocks d’approvisionnement, les stocks de marchandises, les encours de production de biens et de services et la dépréciation des stocks. 
  • Les comptes de classe 4 pour les comptes de tiers font été de tous les partenaires de l’entreprise tels que les clients, les fournisseurs, le personnel, l’État et également des comptes d’attente, de régularisation et de dépréciation. 
  • Les comptes de classe 5 pour les comptes financiers comportent les comptes bancaires, les valeurs mobilières de placement, les instruments de trésorerie, les caisses. 
  • Les comptes de classe 6 pour les charges de l’entreprise comportent les achats et variations de stocks, les services extérieurs, les impôts et taxes, les charges de personnel et les charges de gestion courante, ainsi que les charges financières, les charges exceptionnelles et les dotations aux amortissements. 
  • Les comptes de classe 7 pour les produits de l’entreprise voient figurer les ventes de marchandises et de prestations de services, la production stockée, la production immobilisée, les subventions d’exploitation, les autres produits de gestion courante. 
  • Les comptes de classe 8 permettent de prévoir des comptes spéciaux tels que les comptes d’engagement, le résultat en attente d’affectation. 

Plan comptable 2020 et plan comptable 2021 : quelles nouveautés ? 

La dernière version du plan comptable général est mise à jour le 1er janvier 2020. Elle prend en compte les dernières mesures de 2019 relatives : 

  • aux documents de synthèse des moyennes entreprises,
  • aux fusions et scissions sans échanges de titres. 

En 2020, en raison de la crise sanitaire, peu de réglementations “normales” ont vu le jour, laissant la place à des plans d’urgence économique. 

Qui établit le plan comptable général ? 

Le PCG est établi par l’Autorité des normes comptables (ANC). Un arrêté ministériel homologue ensuite la nouvelle version. Cela signifie qu’il a une portée moins forte que la loi, qu’un article du Code du commerce ou du Code général des impôts ou que tout autre texte d’une valeur juridique supérieure à l’arrêté. 

Les passionnés de comptabilité des entreprises ne s’arrêteront pas à la lecture du plan comptable général. Ils poursuivront avec le recueil des normes comptables qui expliquent les éléments de doctrine, la jurisprudence et donne des exemples et des bonnes pratiques. 

Comment utiliser le plan comptable général ? 

Maintenant que les présentations sont faites, comment exploiter un plan comptable dans le quotidien d’une entreprise française ? 

Un plan comptable détaillé ou un plan comptable simplifié ? 

De nombreux entrepreneurs, créateurs d’entreprise ou dirigeants de TPE ou de PME s’interrogent sur leur degré de connaissance du plan comptable. Bien évidemment, la réussite d’une entreprise passe par une excellente gestion. Pour parvenir à une bonne gestion d’entreprise, la compréhension des bases de la comptabilité est nécessaire. 

Sans avoir à entrer dans le détail de chaque classe et de chaque sous-compte, un entrepreneur ou un chef d’entreprise doit absolument connaître les bases du plan comptable pour comprendre comment son expert-comptable ou son logiciel de comptabilité fonctionne. Surtout, cela lui permet de comprendre comment s’établissent un bilan et un compte de résultat. Comprendre permet d’optimiser

Pour cela, inutile d’entrer dans le détail de tous les comptes. Un plan comptable simplifié est largement suffisant à un dirigeant de TPE ou de PME. Le plan comptable détaillé est nécessaire à ceux qui se destinent à la comptabilité pour toute leur vie !  

Plan comptable en ligne ou sur papier ? 

Chacun fonctionne selon ses habitudes. Si certains ne jurent que par leur plan comptable papier pour s’y retrouver, d’autres préfèrent le plan comptable sur un tableur, voire directement dans leur logiciel de comptabilité

Obtenir une copie d’un plan comptable simplifié ne coûte que quelques euros. Mais au-delà du plan comptable, c’est son utilisation au quotidien qui est importante.  Pour cela, faire sa comptabilité soi-même dans une TPE peut se révéler déroutant les premiers jours. Adopter un logiciel de comptabilité qui reprend les bases du plan comptable, permet de gagner en temps et en efficacité. 

Par exemple, comptabiliser une facture client ou encaisser le paiement d’une facture devient un jeu d’enfant ! Voici quelques exemples d’opérations simples à comptabiliser. 

Comment comptabiliser le paiement d’un client avec le plan comptable ? 

C’est très simple. Au moment de l’émission de la facture d’un client, vous créditez le compte 706 – Vente de prestation de service destiné aux ventes et aux produits et débitez le compte 411 – Client correspondant.  

Lorsque le client paie sa facture, vous créditez le compte 411 et débitez le compte bancaire 512 pour un règlement par virement. 

En fin d’année, votre solde bancaire correspond à vos comptes de classe 5, votre chiffre d’affaires reprend vos comptes de classe 7, les comptes de classes 411 de clients sont soldés (sauf impayés). 

Comment amortir un achat avec le plan comptable

Votre entreprise achète du matériel informatique pour plus de 500 euros hors taxes (sinon, vous ne l’amortissez pas et le passez en charge de l’exercice). Par exemple, un ordinateur qui coûte 800 € HT. Il répond bien à la définition d’un amortissement : c’est un bien identifiable et une ressource pour l’entreprise, il est destiné à servir au-delà de l’exercice au cours duquel il est acheté. 

Il convient de l’enregistrer dans le compte 21 – immobilisations corporelles ou plus précisément le compte 2183 – Matériel de bureau et matériel informatique. On débite en même temps le compte 44562 – TVA sur immobilisations pour déduire la TVA payée sur cet achat. En parallèle, on crédite le compte 404 – Fournisseurs d’immobilisation. 

Ensuite, on détermine la durée de conservation prévisible de l’ordinateur (aujourd’hui, un ordinateur performant se change tous les 3 à 5 ans). Chaque année, en fin d’exercice, on débite le compte 68 de dotation aux amortissements et on crédite le compte 28 d’amortissement correspondant. 

Faut-il faire son plan comptable ? 

S’il est nécessaire de faire la comptabilité de son entreprise, quel que soit le chiffre d’affaires qu’elle génère, il est inutile de réinventer ce qui existe. Nul besoin de créer son propre plan comptable alors qu’il existe déjà, est bien fait et est partagé par tous. 

Pour faciliter la gestion de l’activité au jour le jour, il est préférable de s’équiper d’un logiciel de comptabilité intuitif et simple, en SaaS. Ainsi, cela permet de suivre l’évolution de l’entreprise sur des tableaux de bord précis et de visualiser en un clin d’œil les failles ou les risques du business. 

Il est donc inutile de faire son plan comptable mais attention il faut absolument démarrer avec les bons outils dès le premier jour d’activité ! Le chef d’entreprise d’une TPE ou d’une PME doit se focaliser sur le développement de son business. Toute solution digitale qui l’aide dans la gestion quotidienne et lui fait gagner du temps est nécessaire. 

Au-delà du plan comptable, c’est l’organisation de la gestion de la comptabilité qui est essentielle : faire sa comptabilité soi-même ou embaucher un comptable ou encore tout déléguer à un cabinet d’expert-comptable. Le CEO doit peser les avantages et les inconvénients de chaque solution et choisir la meilleure. Tenir la comptabilité de son entreprise soi-même ne signifie pas pour autant utiliser un tableur. Aujourd’hui, on peut facilement tenir une comptabilité irréprochable pour quelques euros par mois : 

  • faire des devis, 
  • les transformer en factures, 
  • les entrer en comptabilité,
  • encaisser le paiement du client en quelques clics est un bon moyen de ne pas perdre de temps tout en gardant une vision d’ensemble de l’entreprise. 

En revanche, la connaissance et une compréhension des règles du plan comptable facilitent la réalisation d’un business plan. C’est l’assurance de ne rien omettre dans son prévisionnel et donc de bien démarrer. 

Questions fréquentes relatives au plan comptable

Comment lire un plan comptable ? 

Le plan comptable général comporte 8 classes de comptes. Les classes 1 à 5 sont les comptes de bilan et les classes 6 et 7 sont les comptes de résultat. Le compte 8 regroupe les comptes spéciaux. Chaque compte peut être détaillé sur 6 chiffres (par exemple, 411111 : compte client Untel). Voici le détail des principales classes : 

  • classe 1 : les comptes de capitaux,
  • classe 2 : les comptes d’immobilisation,
  • classe 3 : les comptes de stocks et en-cours,
  • classe 4 : les comptes de tiers,
  • classe 5 : les comptes financiers,
  • classe 6 : les comptes de charges, 
  • classe 7 : les comptes de produits, 
  • classe 8 : les comptes spéciaux. 

Comment créer un plan comptable ? 

Lors de la création d’une entreprise, il est inutile de créer son propre plan comptable. Dans le cadre de son business plan, un prévisionnel se prépare avec des hypothèses hautes, moyennes et basses. Le plan comptable est utilisé par les logiciels de comptabilité pour définir correctement et automatiquement le bilan et le compte de résultat de l’entreprise. 

Comment calculer un amortissement dans un plan comptable ?

Un achat peut devenir un amortissement de l’entreprise si le prix hors taxes est supérieur à 500 euros et si le bien est identifiable et constitue une ressource pérenne pour l’entreprise. L’achat du bien est alors enregistré au débit d’un compte de classe 2 Immobilisations et au crédit d’un compte de classe 4 Tiers. Après avoir déterminé la durée de vie du produit acheté, le montant correspondant à une annuité est porté au débit du compte 68 Dotation aux amortissements et au crédit du compte 28 Amortissement.

Holded - Logiciel de gestion
Béatrice Michaux

Nous recommandons

SIRH

Uncategorized

SIRH : Définition, pourquoi et comment le choisir ?

Balance générale

Derniers articles publiés

Tout savoir sur la balance générale d’une entreprise

Plan Comptable

Uncategorized

Quelle est la définition du plan comptable et comment le lire ?