Comment analyser un bilan

|

Toutes les sociétés commerciales sont tenues de soumettre leurs comptes annuels au registre du commerce sur une base régulière, tous les 12 mois. Le processus est le suivant : les comptes annuels sont approuvés lors du conseil d’administration au cours des six premiers mois de l’année et déposés au registre du commerce au cours du mois suivant leur approbation.

Le bilan est l’un des documents qui composent les comptes annuels. Ici, nous allons découvrir comment analyser un bilan.

Qu’est-ce qu’un bilan ?

Le bilan indique si une entreprise possède une bonne ou mauvaise santé économique. C’est un document qui nous aidera à prendre des décisions sur l’avenir, car il montre la situation d’une entreprise à un moment donné.

Nous pouvons le définir comme un document financier indiquant les actifs, les passifs et les capitaux propres de la société à un moment précis. En d’autres termes, un bilan est un document qui nous indique ce que possède une entreprise et de quelle manière elle est financée.

Il est très important de souligner la dernière partie de cette définition : « à un moment donné ». Si nous élaborons le bilan le 31 décembre, à la fin de l’exercice, il indiquera la situation de l’entreprise ce jour-là. En effet, le lendemain, lorsque nous effectuerons la première vente ou le premier achat, la situation aura déjà changé. Par conséquent, le bilan ne sert pas à voir l’évolution de l’entreprise, mais à consulter des données économiques à un moment donné (fin de l’exercice).

Structure du bilan

Le bilan est divisé en deux sections principales, l’actif et le passif, qui comprennent les capitaux propres et le passif. Et, à son tour, chacun d’entre eux contient des sous-divisions.
L’ actif indique les biens et droits que possède l’entreprise. Par exemple :

  • Le lieu où l’activité principale de l’entreprise est réalisée.
  • Un hangar industriel qui sert d’entrepôt.
  • Des chaises, des tables et autres meubles.
  • Une fourgonnette de livraison.
  • Les produits que nous vendons et ceux que nous stockons dans l’entrepôt.
  • Un compte bancaire avec 20 000 euros.
  • Une facture impayée d’un montant de 4 000 euros.

À son tour, l’actif est divisé en actif courant et actif non courant.

L’actif

L’ actif courant ou circulant correspond aux éléments qui peuvent être convertis en liquidités en moins d’un an. Compte tenu des éléments précédents, ce qui suit appartiendrait à l’actif courant:

  • Facture impayée de 4 000 euros (créances clients et autres créances).
  • Les produits dont nous disposons en stock (inventaire).
  • 20 000 euros sur notre compte (argent en espèces et autres liquidités équivalentes).

Le reste ferait partie de l’ actif non courant ou immobilier. Ce que l’entreprise n’a pas l’intention de vendre.

  • Immobilier immatériel : droits pouvant avoir une valeur économique, tels que des brevets, des contrats de leasing, des fonds de commerce, etc.
  • Immobilier matériel : biens matériels, tels qu’un local, un entrepôt, une fourgonnette, des meubles.
  • Investissements financiers à long terme : actions dans d’autres sociétés, garanties pour le développement d’activités, etc.

Le passif

Le passif, pour sa part, indique les sources de financement – propres (patrimoine) et externes – utilisées pour disposer de l’actif. De grands blocs les composent :

  • Capitaux propres, aussi appelés situation nette ou passif inapplicable. Il s’agit de ressources financières qu’aucun tiers ne peut réclamer. Par exemple : le capital-actions de l’entreprise, les réserves, les bénéfices non distribués de la société du dernier exercice, etc.
  • Passif non courant ou payable à long terme. Ce sont des éléments dont la période de règlement s’étend sur plus d’un an.
  • Passif courant ou payable à court terme. Il s’agit de nos dettes payables dans un délai maximal d’un an. C’est-à-dire les paiements aux fournisseurs, aux banques, aux organismes publics, etc.

Dans la mesure où nous avons dû acquérir nos ressources, il est logique d’avoir dû les payer, que ce soit avec des capitaux propres, un prêt ou une subvention. C’est pourquoi l’actif et le passif doivent nécessairement inclure les mêmes éléments. Le passif n’est rien d’autre qu’un reflet de la façon dont l’actif a été financé.

Analyse d’un bilan

Lors de l’analyse d’un bilan, nous devons garder à l’esprit que :

  • Nous souhaitons que nos capitaux propres soient plus importants que le passif. Il vaut mieux financer avec nos propres ressources que devoir de l’argent à des tiers.
  • Plus le passif est faible, mieux c’est. Ainsi, nous pouvons utiliser l’argent des bénéfices pour continuer à croître ou le partager entre les actionnaires.
  • Le montant brut de la dette ne nous indique rien. Nous devons le comparer à nos capitaux propres. Logiquement, si nos capitaux propres s’élèvent à 10 000 euros et que nous avons un passif de 100 000 euros, nous avons un problème de dette. Ce qui compte, c’est le ratio entre la dette et les capitaux propres.
  • Toutes les dettes ne sont pas les mêmes. D’une part, on trouve la dette financière qui est accompagnée d’intérêts et, d’autre part, le reste de la dette qui n’est pas accompagné d’intérêts. Par exemple, les éléments de créances clients et d’autres créances (ce que nous devons à nos fournisseurs). Plus la dette financière est faible, mieux c’est.
  • Un niveau acceptable d’endettement se situe généralement dans un ratio « dettes (à long et à court termes)/bénéfices » pouvant aller jusqu’à 3.

Qu’est-ce que le fonds de roulement ?

Le fonds de roulement nous indique les ressources (actifs) dont l’entreprise dispose pour se financer à court terme. Il est calculé comme suit :

Fonds de roulement = actif non courant – (capitaux propres + passif non courant)

Si le fonds de roulement est positif, la situation est confortable. Cela signifie que nous avons un excédent de fonds pour financer les actifs dont nous avons besoin pour poursuivre notre activité.

Que se passe-t-il si le fonds de roulement est nul ou négatif ? S’il est nul, nous nous retrouverons dans la situation où notre actif courant est exclusivement financé par des dettes à court terme.

Nous avons peut-être des problèmes de liquidité. Mais le pire se produit lorsque notre fonds de roulement est négatif. Cela signifie que pour nous financer, nous devons nous endetter. Cela indique que notre entreprise ne génère pas assez de profits pour faire face à des dettes à court terme.

Nous espérons avoir résolu vos doutes concernant le bilan. Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à nous écrire un commentaire. Nous serons heureux de vous lire.

Nous recommandons

ERP

ERP,Entreprendre,Facturation

Qu’est-ce qu’un ERP ? Avantages et 6 types d’ERP pour votre entreprise en 2020

Comment analyser un bilan

Entreprendre

Comment analyser un bilan

Histoire du Cloud

Entreprendre

Histoire du Cloud : de quoi s’agit-il et comment tout a commencé